A Cologne

Premier stop à Cologne où j’ai rendez-vous avec Bettina, rencontrée il y a 13 ans en Chine. Elle arrivait d’Allemagne via l’Europe de l’Est et le Transsibérien, moi de Paris via le Mexique et l’Australie. Nous avons fait connaissance dans le jardin d’un affreux hôtel pékinois propice aux rencontres précieuses, selon l’adage bien connu des voyageurs : « plus les conditions sont pourries, plus les rencontres sont chouettes » (quelque chose me dit que j’aurais l’occasion d’en reparler). A Beijing, les gros rats filant sur la pelouse, le personnel post-communiste pas commode et la configuration ouverte des toilettes brisaient la glace entre routards.

Nous avons voyagé quelques semaines en Chine puis en Inde et depuis nous retrouvons pour des week-ends à Amsterdam, Cologne, Bensheim ou Paris pour papoter, boire des cafés au soleil et faire du shopping. Autant dire que c’est la fête de commencer ce long trajet pour la Chine avec elle !

A Cologne, tournée obligatoire de Kölsch, la délicieuse bière locale servie dans des petits verres qui filent à toute allure. Je constate avec stupeur qu’on fume DANS les bars de Cologne. Ma haute opinion de la rigueur germanique en prend un coup à les voir s’arranger ainsi avec la loi : pragmatisme et business avant tout j’imagine. En tous cas, le charme oublié des fringues qui puent la clope me fait réaliser que je ne suis pas en week-end, mais bien en voyage : je veille âprement sur ma garde-robe limitée, c’est pas le moment de faire une tâche de sauce sur ma chemise !

Pour me purifier avant le long voyage, je tente une habitude germano-nordique : le sauna. Il n’y a personne quand nous nous pointons dans le petit sauna de notre hôtel, mixte ça va de soi. Heureusement parce que j’avoue que je trouve difficile de ne pas zieuter les inconnus nus (nus inconnus ? inconnnnus ?) croisés dans la salle de repos. J’ai gardé mon bas de bikini, tant pis si c’est une horrible faute de goût d’après Bettina. Même pas 10 minutes dans la chaleur sèche et je ressemble à un homard à point pour la sauce béarnaise.

Les rues commerçantes de Cologne sont bien agréables sous le soleil. Je me recueille chez H&M avant 3 mois de sevrage. Trouve le moyen d’alourdir mon sac à dos d’un débardeur et d’une paire de tongs. Et passe 3 heures dans un endroit qui mérite une note à lui tout seul…

Publicités

3 commentaires on “A Cologne”

  1. Ibo dit :

    « Je me recueille chez H&M » haha ;o)
    bon cela dit, c’est quoi le lieu mystère ???

    vite la suite !…

    bizzz

    Ibo

    ps que tu connais déjà: aaaarghh, que j’aurais aimé être ton photographe officiel sur ce périple

  2. Isa A "cousin" dit :

    Non, non, pas d’accord. Je suis rassurée de savoir que la rigueur germanique peut céder au plaisir de fumer en buvant une bière. Plaisir d’un autre âge sans doute. Un âge avec tellement moins d’interdits… et je ne peux m’empêcher de penser que ceux qui y ont gouté, l’ont toujours gravé dans un petit coin de leur mémoire gustative comme une petite sensation assez délicieuse. Finalement je vais peut-être revoir mon jugement sur mes/nos pas si lointaines origines germaniques…;-)

  3. Marine dit :

    @ibo : il reste un peu de place dans mon sac 😉
    @isa : la fumée pourquoi pas, mais le manque de rigueur c’est juste pas raccord avec mon image stéréotypée de euh, nos ancêtres. Finalement tu as raison on va désormais pouvoir défendre fièrement nos origines Ziegfried, va y avoir du sport 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s