Berlin-villages

Je profite de Skype (via iPhone : génial ! C’est le moment de m’envoyer vos ID Skype si ce n’est déjà fait) pour appeler mon père. Il me prend au dépourvu :

– Et les visites de musées alors ?

– …??

Ca m’était complètement sorti de l’esprit ! Je suis bien trop occupée à :

Visiter la succursale berlinoise de Globetrotter, histoire d’apprendre à mieux ajuster mon sac. Comme ça je peux l’alourdir encore : en plus de Michel Strogoff (c’est pas le comble du romantisme de le relire dans le Transsibérien ?) et d’un beau livre bilingue de poésie offert par Charlotte pour draguer crâner auprès des Russes, j’ajoute : La voleuse de Livres, chaudement recommandé par Bettina, et un de mes classiques préférés, Orgueil et Préjugés, remastérisé en film d’horreur : Pride and Prejudice and Zombies. Je prends une crise de fou rire en feuilletant « Chinenglish », la Chine sous son jour le plus drôle. Tout ça chez Dussmann, magnifique librairie avec de beaux fauteuils partout pour lire pendant des heures.

Traîner dans des cafés improbables. Admirer les looks berlinois, smarts et sportifs pour enchaîner trajets en vélo sous climat continental et cafés bobos : capuches, baskets, vestes polaires, écharpes artistement enroulées, couleurs sourdes. A vrai dire, ce qui me plait surtout c’est que je ne détonne pas avec mes pantalons en velours et mes chaussures de chantier : cet hiver, mon arrivée au milieu des fashionistas arty de Buenos Aires avec mes fringues de routarde fatiguées m’avait traumatisée.

Ecouter Guido me raconter Berlin, patchwork de villages en rivalité permanente. Le Mur et sa chute ont encore complexifié les relations. L’une de ses voisines, dans son quartier de Schöneberg (très « Ouest »), lui a tourné le dos lorsqu’elle a appris qu’il habitait auparavant du côté de Prinzenstrasse, ex-Est pourtant devenu très branché. Les habitants du prospère « Prenzhauer Berg » ne se remettent pas d’avoir été englobé par la dernière réforme administrative dans l’appellation « Pankow », le quartier voisin, celui des villas d’aparatchiks de la RDA, qui s’enfonce dans la déconfiture depuis 20 ans. Même les moins de 20 ans trimballent parfois la frustration d’être né « du mauvais côté »…

Prendre goût au sauna. Puisque la salle de bains de Guido est hors service pour plusieurs semaines, il a pris ses habitudes chez Liquidrom : saunas et hammams avec options et températures différentes, piscine bien chaude sous les étoiles, piscine intérieure psychédélique avec musique sous l’eau, design nordique impeccable. 3 heures de bonheur pour moins cher qu’une entrée au Hammam Pacha à Paris.

Faire réparer mon iPhone dans un magasin dont c’est l’unique spécialité (avons nous la même chose à Paris ??). Constantin ne fait que ça, en direct sous le regard appréciateur des clients qui patientent. Pour sa dextérité et peut-être aussi pour ses faux airs de Brad Pitt – en plus jeune/branché/berlinois…

….« Fatiguée ? Déprimée ? Venez faire une petite révision de printemps à Berlin ! »

Adresses berlinoises :

Dusmann : Friedrichstrasse 90, U and S-bahn Friedrichstrasse

Juste à côté, grande cantine à sushis super frais et pas chers : Ishin, Mittelstrasse 24

Liquidrom

Qoodoo, réparateur d’iPhone, Grunewaldstrasse 9, U-bahn Kleistpark (ne pas manquer l’improbable cafe gelateria à la sortie du métro en photo ci-dessus. Autres cafés plus bobos dans les rues Akazienstrasse et Goltzstrasse)

La rue Oranienstrasse, ses boutiques (UVR au n°36) et cafés (Le bâteau ivre au n°18), son musée des Trucs au n°25 (Museum der Dinge, 2ème étage), fermé lors de mon passage, mais rien que le distributeur de pochettes surprises poétiques à l’entrée vaut la visite… U-bahn Moritzplatz

Publicités

3 commentaires on “Berlin-villages”

  1. charlotte dit :

    voilà, il faut que je retourne à berlin, on a loupé toutes ces merveilles ! c’est passionnant ces histoires sur les villages berlinois, on en redemande…

    Merci pour tes notes, j’ai presque l’impression de voyager aussi. Bises parisiennes.

    ps : contente qu’Anna A. ait pu se glisser dans ton sac…

  2. fohr dit :

    A te lire Paris sent décidément son Amélie Poulain et Berlin son cinéma d’avant-garde!

  3. Marianne Gérard dit :

    ah Berlin, j’adoooore…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s