I love Perm


Quand on s’arrête à peine 2 jours quelque part, on a le droit de se faire un sentiment immédiat et subjectif. Les premières impressions font foi, tant pis si elles sont personnelles et injustes. Et qu’on aurait peut-être pas le même point de vue lors d’une seconde visite.
Je suis passée à côté de Kazan. J’aime Perm.
Depuis Kazan, je rebrousse chemin vers l’ouest via Iékaterinbourg, dans un train de jour pour une fois. Chance, c’est le mythique Rossya de retour de Vladivostok pour Moscou, je suis toute excitée d’y poser le pied. Je rencontre Anna de l’université de Perm et nous sympathisons avec les 3 garçons du compartiment qui nous invitent au wagon-restaurant. Dire que personne ne se connaissait au départ : voilà qui ne m’arrive jamais dans le Paris-Marseille. On m’assure qu’il faut certaines circonstances pour rapprocher ainsi des voyageurs russes : une touriste française qui trépigne pour voir le wagon-bar, par exemple. Moi je vois bien qu’ici tous les gens se causent au moins un brin.

A Perm : l’air frais de Sibérie sous un grand ciel bleu, une noce au bord de la Kama sur fond de dance music. La galerie d’art et le musée ethnographique sur la trace de ce qui fait le mystère de l’Est pour nous, gens de l’Ouest, ces mélanges d’ethnies et de religions : statues maladroites de Christ aux faux airs asiatiques, souriantes pièces de bronze primitives, tableaux impressionnistes de mariages comme des contes orientaux et d’isbas sentant bon le propre et les fleurs fraîches. Avec quelques souvenirs émouvants du passé proche.


Sur ce foulard des années 1930 : Lénine au centre, et dans les coins : Kalinine, Marx, Engels. Un 4ème personnage a été soigneusement découpé : Trotsky ?


Ce foulard rouge de petit « pionnier » (scout soviétique) m’évoque mes manuels de russe, dans lesquels les personnages se passionnaient pour les cosmonautes, collectionnaient invariablement les timbres – à moins d’aller ramasser des champignons.

Et puis il y a mon hôtel : un machin soviétique rénové de 400 chambres qui me ravit, peut-être parce que j’y ai une chambre pour moi toute seule et une baignoire… A quoi ça tient d’aimer une étape !

Publicités

4 commentaires on “I love Perm”

  1. charlotte dit :

    superbe, le foulard ! et ces vitrines évoquent effectivement le charme désuet de notre « Micha » de 6eme… Il y a un musée des réalisations soviétiques à Perm ?
    Plus sérieusement, merci pour tes photos (toujours trés belles) et tes notes bien tournées. C’est aussi trés chouette et grisant de voir ton itinéraire sur la carte.
    Bises.

  2. Olga dit :

    Ah le foulard!!! Je pense qu’il ferait son petit effet à Lux… Profite bien de la baignoire presque au bout de la Russie.

  3. Marine dit :

    @Charlotte : merci ! Les musées « ethno » ou régionaux que je visite sont pleins de souvenirs de l’ère soviétique : je donnerais cher pour les visiter avec le commentaire d’un Russe lambda. J’espère avoir le temps d’en reparler : fauçilles & marteaux sont de nouveau de sortie…
    @ Olga : hihi, ce serait le comble du vintage chic, n’est-ce pas ?

  4. […] que je visite, de longues sections consacrées à l’héritage soviétique comme à Perm. J’adorerais avoir le commentaire de « vrais Russes »… La prochaine fois, je fais […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s