Lac Baïkal, hors saison, temps gris

Balade au bord du lac Baïkal quelques jours après une tempête de neige qui a détempé les chemins. Temps gris et couvert. (Pardon pour le nombre de photos : je n’ai pas pu choisir ! J’espère qu’elles vont vous transmettre un peu de la magie du lieu).

Je prends le Circum-Baïkal, petit train touristique, et fait plein de charmantes rencontres russes et francophones. On se balade de micro-villages en tunnels historiques de la construction du Transsibérien.

A bord du Circum-Baïkal, 8h : petit-déj

Ce monsieur est en train de prendre de l’eau à la pompe, scène que je vois plusieurs fois devant ces vieilles maisons de bois, y compris en pleine ville à Irkoutsk.

Lena, ma voisine moscovite.

Olga, 88 ans, m’alpague et me fait visiter sa maison. Cartes à jouer sur sa table, foi fièrement affichée, lunettes, poêle : elle me rappelle ma grand-mère.

Bortsch arrosé d’eau de vie sibérienne. Moment dramatique : j’apprends que le Lac Baïkal ne deviendrait un océan que dans 2 millions d’années environ. Sapristi, moi qui voulais voir ça !

Puis direction Listvianka en ferry. Je m’y arrête 2 nuits, dans une chambre d’hôtes délicieusement déserte. Pesonne en ce milieu de semaine d’avril – l’été Listvianka doit être pleine à craquer. Je suis au bout du monde.

Une cafeteria déserte comme je les aime. Sinon ici, on se régale d’omoul, poisson qui ne vit que dans le Baïkal.

Et puis le lendemain, jour de mon départ…

Un quart d’heure pour absorber bleu Baïkal à fond avant de prendre le mini-bus de 8h30 pour Irkoutsk :

Publicités

3 commentaires on “Lac Baïkal, hors saison, temps gris”

  1. magali arbogast dit :

    Dingue, ces images… waouh…

  2. Marianne Gérard dit :

    Magnifique…

  3. Isa A "cousin" dit :

    Je voulais juste te coller une image des lecques le 13 mai…sans commentaire…Enfin si « T’es folle ma fille! Ici on a déjà rangé les doudounes, sorti les maillots, les tongs et presque le monoî », comme quoi dans la vie tout est histoire de point de vue…Le bleu baïkal, déjà en photo c’est fort, mais en vrai…un petit frisson sensoriel rien qu’à y penser qui me rapelle celui ressenti la première fois que j’ai vu celui de Klein.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s