Le jardin d’Eden

Une voiture, l’autoroute, des rizières, des lacets de montagne, puis un bâteau sur un lac, et enfin, une voiturette pour grimper la côte et traverser un village. Des bâtiments traditionnels aménagés avec art et sens du confort. Bien manger, se reposer et méditer au milieu d’un gigantesque potager qui ferait rêver plus d’un jardinier.

Bienvenue à Gong Geng Shu Yuan, le royaume de Daï, notre hôte. Un personnage de roman, esthète hyperactif et bâtisseur, chef de tribu autoritaire et motivant, hôte généreux et secret, lettré sans façons, un gros fumeur qui ne boit pas une goutte d’alcool, un gourmet qui aime les choses simples, les paysans et les idées. Autant d’impressions furtives, comme avec d’autres rencontres chinoises, j’aurais l’impression de ne pas saisir vraiment une once de sa personnalité sous la chaleur et la générosité : plus j’avance, plus le mystère s’épaissit…

En tous cas, à vue de nez, ce lieu représente un bel investissement : c’est quand même plus moderne que d’acheter des voitures de luxe ou de l’art contemporain, vous ne trouvez pas ? A défaut de venir jusque chez lui – ce que je vous souhaite, j’espère que vous ferez connaissance avec cet homme hors normes en regardant le film.

Créateur du lieu, il en a découvert l’emplacement en traquant les cultures anciennes pour son restaurant de Hangzhou. Ici ni engrais, ni pesticides. On ne parle que chaux, feuilles de thé et poudre de piment pour traiter la terre et les plantes.

La force de la cuisine d’ici, c’est la qualité et la fraîcheur des ingrédients et ça se sent. Sophie la spécialiste gastronomique note que beaucoup de recettes demandent très peu d’ingrédients. Mes photos ne font pas honneur au résultat final… mais c’est pas plus mal, vous ne saliverez pas devant les pavés de porc fondants, les racines de lys sauvages ou le magique riz bleu, coloré par une petite herbe de la montagne.

Dans des bâtiments à l’architecture classique, en tenue traditionnelle, les dames se (re)mettent à la broderie et donnent des cours aux paysans du coin (je me croirais dans un épisode du juge Ti). Rien de tel que l’étude des classiques pour la discipline… et le bonheur de vivre et de travailler la terre parait-il. Le matin, un cours de gymnastique inspirée du travail des paysans, pensée pour soulager leurs muscles, est proposée aux hôtes. De l’attention et de la spontanéité, beaucoup de boulot et de sourires pour faire un si bel endroit.

On nage dans un espace-temps différent, quelque part entre paternalisme « terre et tradition » et modernité efficace, entre revival confucianiste et paradis perdu de la campagne – un endroit de ce genre, on en trouve aussi en France peut-être ?

Pour moi, l’occasion de découvrir une autre Chine, très très loin de DSK (qui vous obsède au même moment), de la pollution, des centres commerciaux et du Made in China 100% plastique. Une Chine qui essaie de sortir sa campagne de la pauvreté – par le haut, qui mène la bataille de la qualité de vie plutôt que celle du PIB, redécouvre ses racines et son art de vivre.

(…Accessoirement, le régime i-dé-al pour se remettre d’un mois de trains, de dortoirs et de cuisine russe.)

Publicités

5 commentaires on “Le jardin d’Eden”

  1. charlotte dit :

    magnifique, grandiose ! en fait je viens de lire un bouquin (une bd) de Blain, qui me fait penser à ton hôte : « en cuisine avec Alain Passard », c’est tout bonnement succulent.
    Ce chef a trois potagers qui alimentent quotidiennement sont restaurant, il y teste d’anciens légumes, cultivés à l’ancienne, et il vit des sortes de transes devant ses paniers de légumes crûs, composés avec art, avant de fabriquer des mets aux saveurs inattendues et profondes.
    Bon, Blain, raconte cela trés bien, et donne l’eau à la bouche, tout comme toi dans ce post !
    Alors je me dis que, partout, il y en a qui savent vivre…
    Merci pour l’exotisme, Marine. (Il faudra qu’on te prête cette bd…)

  2. Marine dit :

    Merci de la référence, comme ça maintenant je sais comment me ressourcer sans prendre le train jusqu’en Chine la prochaine fois que j’ai un coup de mou : chez Alain Passard ! (…ou avec une bonne BD de Blain en fonction du budget ;.) bises

  3. sophie dit :

    haha,
    MmeMiam de Lexpress.fr/styles m’a gentiment prêté la BD décidacée spécialement pour elle par Blain qu’elle a interviewé (en vidéo), http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/alain-passard-en-cuisine-avec-christophe-blain_1005909.html#
    ca a l’air chouette!

  4. Marine dit :

    @Sophie : la vidéo devra attendre Paris vu la lenteur de ma connexion… je l’ajoute sur ma liste de perspectives réjouissantes au retour, avec la BD… et le débrief au Wepler bien sûr !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s